Accueil Retour Faculté

CharlotteFICHEFET


< Retour
Portrait de cfichefet

Charlotte FICHEFET

Recherche en science politique (Relations internationales)
Adresse de contact

Université libre de Bruxelles - CP172/01
Institut d'études européennes - Bureau R41.1.107-A
Avenue Franklin Roosevelt 39
1050 Bruxelles
BELGIQUE

Contact
charlotte.fichefet@ulb.ac.be

Membre de

  • Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Département de Science politique
  • REPI
  • Assistants - Corps scientifique
  • Chercheurs

CV

2015: Faculté des sciences sociales et politiques (fsp), Université libre de Bruxelles - Master en sciences politiques (finalité spécialisée : Politique et sociétés en Europe centrale, Russie et Caucase)

Mémoire : « Mobilisation religieuse dans la diaspora tchétchène de Belgique : acteurs, structures de mobilisation et cadres identitaires » - Directeur : Aude Merlin, Assesseur : Corinne Torrekens - Prix du meilleur mémoire de l'Association des anciens étudiants (ASPEBr) de l'ULB

2011 : Faculté de Traduction et d'Interprétation (FTI – EII), Université de Mons - Master en Traduction (finalité spécialisée : Traduction en contexte interculturel, combinaison linguistique : russe-espagnol).

Mémoire : « Nationalisme, identités et minorités en Géorgie » - Directeur : Olga Gortchanina, Assesseur : Alexandre Avelitchev ;

2010: Institut de philologie Pouchkine, Fédération de Russie, Moscou - Certificat de cours intensifs de langue russe ;

2008 :

Faculté de Traduction et d'Interprétation (FTI – EII), Université de Mons - Baccalauréat en Traduction-Interprétation ;

Université de linguistique d’État de la République du Belarus, Minsk - Certificat de cours intensifs de langue russe

Travaux sélectionnés

Voir toutes les publications

Présentation des recherches

Titre provisoire du projet de thèse: "Contrôler les frontières à distance : négociations, pratiques et effets sociaux de l’externalisation des frontières de l’Union européenne au Sud-Est de la Turquie."

Résumé du projet: La « crise des réfugiés » initiée à l'été 2015 a replacé la question du contrôle des frontières turques au centre des interactions diplomatiques Turquie-UE. Cependant, le fait que cette problématique anime les relations Turquie-UE depuis plus de dix ans avec peu de résultats du point de vue de l'UE suggère que l’externalisation du contrôle des frontières européennes ne peut simplement s’expliquer par le jeu des diplomaties européenne et turque. À travers une approche sociologique des relations internationales, ce projet vise donc à répondre à la question suivante : pourquoi la politique européenne d’externalisation des frontières échoue à se déployer dans le cas de la Turquie, en particulier le long de la frontière terrestre au Sud-Est du pays ? Il apporte un éclairage nouveau sur cette problématique en englobant l’examen des interactions diplomatiques dans une analyse de la circulation transnationale des normes et des pratiques en matière de contrôle des frontières tenant compte des effets sociaux qui en découlent. Notre hypothèse de travail est que la transmission des normes et pratiques en matière de contrôle des frontières est, dans le cas qui nous occupe, contrariée et conditionnée par une série de facteurs sociaux inhérents à la configuration de l’État turc et au contexte local dans lequel elle s'inscrit : concurrence entre agences, rôle des forces armées dans le jeu politique, conflits locaux, liens transfrontaliers historiques et flux de migrants constants. Nous envisagerons notre objet selon trois axes correspondant chacun à une sous-question : la négociation des normes par les acteurs institutionnels circulant entre Bruxelles et Ankara, la mise en pratique des normes par les acteurs du contrôle frontalier au Sud-Est du pays, les effets de ces pratiques sur la dynamique de circulation des migrants et populations locales dans cette zone. Chaque axe repose sur des sources et des méthodes de collecte et d’analyse des données différentes.
 
 


Domaines d´intérêt

  • Théories des relations internationales, approches critiques de la sécurité ;

  • Frontières & politiques migratoires, diasporas ;

  • Balkans, l'espace post-soviétique et au Moyen-Orient ;

  • Genre, identités, religion, citoyenneté.