Accueil Retour Faculté

Les territoires du secret


Jeudi, 24 Mai, 2018 - 10:30

JOURNÉE D’ÉTUDE​

Les territoires du secret : les sciences sociales face aux pratiques de confidentialité dans les mondes de la sécurité

Comité organisateur

Emmanuel-Pierre GUITTET (UCL), Amandine ORSINI (USL), Julien POMARÈDE (ULB), Christophe WASINSKI (ULB)

Avec la participation de Didier Bigo (King’s College & Sciences-Po Paris), Philippe Bonditti (Institut Catholique de Lille) et de Sébastien-Yves Laurent (Université de Bordeaux), qui aborderont les liens entre sécurité, secret et raison d’Etat, de Christian Lequesne (Sciences Po Paris) qui traitera du secret diplomatique ; de Christophe Wasinski (Université libre de Bruxelles) et Grégory Daho (Université Paris 1 - Panthéon-Sorbonne) qui proposeront une réflexion sur le rôle de la confidentialité dans les pratiques militaires ; de Federico Lorenc Valcarce (Université Nationale de Mar del Plata) qui présentera une recherche sur les usages du secret entre services de renseignement et organes de justice ; de Karine Côté-Boucher (Université de Montréal) et Ariane Galy (Sciences Po Toulouse/Université de Montréal) qui présenteront une réflexion sur la place du secret chez les professionnels du contrôle aux frontières ; et d’Elspeth Guild (Queen Mary University of London & Radboud University Nijmegen) qui traitera des enjeux de révélations et de ruptures du secret de sécurité.

Résumé

Les entreprises de connaissance scientifique de la police, des forces armées, des corps diplomatiques et des services secrets se heurtent souvent à la contrainte du silence et à l’ensemble de ces pratiques discrétionnaires et de confidentialités inhérentes à ces métiers de la sécurité. Dans ces mondes où le secret est à la fois une règle de conduite intériorisée et un dispositif administratif ordonné et réglementé comme ensemble de pratiques concrètes de discrétion et d’occultation des mots, des informations et des savoir-faire, les modalités d’investigation et la marge de manœuvre scientifique sont souvent de facto limitées. Les recherches sociologiques sur les questions de sécurité font paradoxalement peu de place à l’analyse du secret en lui-même. Bien souvent, celui- ci est relégué au rang des précisions méthodologiques, où les chercheurs expliquent, souvent brièvement et ce même dans un cadre ethnographique, les difficultés rencontrées et les solutions trouvées pour générer une enquête de terrain viable. Des manuels de méthode proposent certes des ficelles et stratégies d’approche, mais, à nouveau, l’étude du fonctionnement même du secret, pourtant essentielle à son appréhension méthodologique, ne constitue pas le centre d’intérêt de ces publications.

À l’opposé d’une lecture qui fait du secret un savoir extraordinaire et de son détenteur un individu hors norme, cette journée d’étude entend mettre l’accent sur les dimensions ordinaires et structurantes du secret, de la discrétion et de la confidentialité dans ces mondes de la sécurité. À partir de recherches empiriques originales, cet évènement entend montrer comment le secret fonctionne comme outil de délimitation d’un champ de connivences, comme mode de valorisation ou de dévalorisation professionnelle, de classement et de distinction mais aussi comme forme de sociabilité au sein de ces mondes pluriels de la sécurité. En partant de différentes situations de recherche et en explorant différentes formes, modalités et mythologies du secret chez les professionnels de la sécurité, cette journée d’étude entend aussi exposer les stratégies mises en place par les chercheurs pour analyser des lieux confidentiels et faire parler des spécialistes de la discrétion.

Affiche (PDF web)

Jeudi 24 mai 2018 de 10h30 à 18h30

Entrée libre mais inscription en ligne obligatoire ► lien

Université libre de Bruxelles - IEE - Salle SPAAK

39 avenue F. Roosevelt, 1050 Bruxelles

Contact & informations : repi@ulb.ac.be

PROGRAMME

10:30-10:45 Introduction

Sciences sociales, sécurité et confidentialité - Grands débats et axes d’analyse

Emmanuel- Pierre Guittet, Université Catholique de Louvain & Julien Pomarède, Université libre de Bruxelles

10:45-12:30 Panel 1 : Secret, État et sciences sociales - Trajectoires pratiques et sociohistoriques

Président de séance : Christian Olsson, Université libre de Bruxelles

          . L'Etat coercitif dans les plis du secret : du secret et du clandestin

            Sébastien-Yves Laurent, Université de Bordeaux

          . Surveillance globale et raison d’État 2.0

            Didier Bigo - King’s College London, Sciences Po Paris

          . Raison d’État, panoptisme et transformation contemporaine de l’hostilité : le secret à l’épreuve de la raison

            ubiquitaire du « numérique »

            Philippe Bonditti, Institut Catholique de Lille

14:00-15:15 Panel 2 : Du secret de la sécurité intérieure aux frontières de l’État

 Président de séance : Julien Jeandesboz, Université libre de Bruxelles

          . Justice et secret : collaborations et démarquages dans les liens entre magistrats et services de renseignement en

            Argentine

            Federico Lorenc Valcarce, Université Nationale de Mar del Plata

          . Confidentialité et pratiques de contrôles discrètes aux frontières

            Karine Côté Boucher, Université de Montréal & Ariane Galy, Université de Montréal - Sciences Po Toulouse

15:30-16:45 Panel 3 : Secret et logiques diplomatico-militaires 

Présidente de séance : Amandine Orsini, Université Saint-Louis

         .  Ethos de la discrétion et du secret chez les diplomates du Quai d’Orsay

            Christian Lequesne, Sciences Po Paris

          . La construction du « porteur d’informations secrètes » par le renseignement militaire américain

            Christophe Wasinski - Université libre de Bruxelles

17:00-18:30 Panel 4 : Usages hétérodoxes du secret, confidences et révélations

Président de séance : Elisa Lopez Lucia, Université libre de Bruxelles

          . Reproduction ou hétérodoxie ? Sur les stratégies « non-conventionnelles » d’usage du secret au quartier général

            de l’OTAN

            Julien Pomarède – Université libre de Bruxelles

          .  Politiques de défense, « impératif de transparence » et recherche de terrain : l’enquêteur et la relation de

             confidentialité

             Gregory Daho, Université Paris 1 - Panthéon Sorbonne

          . Succès et échecs du dévoilement des pratiques illégales du renseignement américain

            Elspeth Guild, Queen Mary University of London

► Télécharger le PDF