Accueil Retour Faculté

Marie-AstridBuelens


< Retour
Portrait de mabuelens

Marie-Astrid BUELENS

Maître de recherches FNRS
Contact
Marie-Astrid.Buelens@ulb.ac.be

Membre de

  • Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Département d'Histoire, Arts et Archéologie
  • Professeurs - Corps académique

Appartenance

Histoire, arts et culture des SOCIEtés Anciennes, Médiévales et Modernes (SOCIAMM)
Oikoumene. Centre d'études méditerranéennes.

Travaux sélectionnés

Voir toutes les publications

Présentation des recherches

Titre provisoire du projet doctoral : « Oracles orientaux et résistances locales aux royaumes hellénistiques et à l’État romain »

Début de la thèse : octobre 2012

Résumé du projet de recherche : Durant l’époque hellénistique, que l’on peut considérer au sens large (-334/-30, du début de la conquête alexandrine jusqu’à la mort du dernier souverain hellénistique en exercice), les populations locales du Proche-Orient se sont retrouvées, dans des circonstances et à des moments qui varient d’une région à l’autre, intégrées dans le processus de développement des royaumes hellénistiques et de l’influence croissante de la Rome républicaine. Les contacts entre ces peuples hellénisés et ces populations d’Égypte, de Judée, de l’Empire achéménide, d’Asie Mineure ou d’Iran ont donné lieu à des interactions politiques et culturelles d’une grande complexité, que la recherche moderne tente de clarifier depuis plus d’un siècle par l’utilisation de paradigmes qui déterminent la nature de ces contacts.

Néanmoins, les hypothèses que l’on pourrait faire quant aux contacts entre les populations proche-orientales et hellénistiques ou romaines (notamment concernant le degré d’acceptation du nouveau pouvoir étranger) se fondent avant tout sur les sources dont nous disposons pour cette période. Or, la plupart des sources littéraires de cette époque présentent seulement un point de vue hellénistique, tournée en faveur de l’élite dirigeante. Cependant, il existe au moins une exception à cette règle : le genre littéraire des prophéties anti-hellénistiques et anti-romaines, dont nous pouvons retrouver des exemples célèbres un peu partout au Proche-Orient, et plus précisément, dans chacun des peuples cités précédemment. Les prophéties anti-hellénistiques à relever sont, dans un ordre purement régional, l’Oracle du Potier pour l’Égypte, la Prophétie dynastique dans l’Empire achéménide, le Livre de Daniel en Judée et le Bahman Yasht en Iran. Les oracles anti-romains sont représentés par l’Oracle d’Hystaspes en Asie Mineure et sans doute aussi dans plusieurs fragments du Περί Θαυμασίων de Phlégon de Tralles.

Ces textes présentent de fortes similitudes dans leur contenu. De façon générale, l’intervention d’un pouvoir étranger hellénistique ou romain entraîne un bouleversement violent dans l’équilibre politique et religieux du pays ou de la région et provoque le chaos et la désolation. Ensuite, les textes relatent la venue d’un roi sauveur qui bénéficie du soutien des divinités locales et balaie militairement le pouvoir étranger ciblé. Enfin, le nouveau souverain entreprend de rétablir l’équilibre politique et moral ancestral et les valeurs religieuses traditionnelles. Il s’ensuit dans chacun des oracles une période de grand bonheur et de prospérité.

Mon projet doctoral vise à : 1) effectuer l'analyse détaillée de chaque oracle et de son contexte tout en considérant, entre autres, que certains de ces textes puisent leur inspiration non seulement dans un substrat culturel et une tradition prophétique autochtones, mais sans doute également dans d'autres noyaux culturels proche-orientaux contemporains, et aussi paradoxalement dans l'hellénisme qu'ils décrient ; 2) cerner, à travers une approche comparative et diachronique, les représentations que les populations locales se faisaient du pouvoir étranger hellénistique ou romain ; 3) enfin, identifier les mécanismes d'influences, d'évolution et d'interconnexions entre les oracles anti-hellénistiques et anti-romains, ainsi que le rôle éventuel de souverains hellénistiques régnants dans ces processus.

Outre les définitions méthodologiques préalables et des éclaircissements sur quelques notions majeures qui seront utilisées dans la thèse, le projet de recherche s’articule autour de deux parties principales. La première consiste en une analyse critique, textuelle et contextuelle, de chacun des oracles du corpus de façon séparée, en se restreignant à l’angle régional. Il s’agit de définir pour chacune des sources oraculaires le contexte prophétique local antérieur à l’oracle, afin de voir notamment si la notion d’un roi sauveur qui chasse un pouvoir étranger et restaure la prospérité de son pays trouve des échos dans des représentations locales de la souveraineté. Ensuite, il faut envisager la présentation formelle de la source oraculaire, notamment sous l’angle de la datation et des problèmes de remaniements ultérieurs du texte d’origine. Enfin, une troisième sous-section est consacrée à la comparaison de l’oracle avec d’éventuelles autres prophéties locales antérieures, dont le contenu pourrait fournir de nouvelles pistes d’analyse.

La seconde partie du projet de recherche visera à réunir l’ensemble des six oracles étudiés dans une analyse diachronique, qui mettra en comparaison chacun des points d’étude repris dans la première partie. Nous espérons ainsi pouvoir identifier des mécanismes d’influences entre les oracles et clarifier leur développement.