Accueil

AthenaTsingarida


< Retour
Portrait de atsingarida

Athena TSINGARIDA

Chargé de cours
Contact
T: +32 (0)2 650 24 88
F: +32 (0)2 650 43 49
Athena.Tsingarida@ulb.ac.be

Membre de

  • Faculté de Philosophie et Sciences sociales
  • Département d'Histoire, Arts et Archéologie
  • Professeurs - Corps académique

Appartenance

Centre de Recherches en Archéologie et Patrimoine (CReA - Patrimoine)

Travaux sélectionnés

  • Vlachou,  V., & Tsingarida,  A. (2015). Pots, Workshops and Early Iron Age Society: Function and Role of Ceramics in Early Greece. Bruxelles: CReA-Patrimoine.
  • Viviers,  D., & Tsingarida,  A. (2015). "Facing the Sea : Cretan Identity in a Harbour-city Context. Some remarks on the early development of Itanos" dans The Birth of the Cretan City. In  Facing the Sea : Cretan Identity in a Harbour-city Context. Some remarks on the early development of Itanos, The Birth of the Cretan City. Louvain: Presses Universitaires de Louvain.
  • Tsingarida,  A. (2011). Special Vases for the Etruscans ?: Reception and Uses of outsized Athenian drinking Vessels. In  T. Mannack,  R. Smith, &  D. Williams (Eds.), Greek Pots abroad. Oxford: Oxford University Press.
  • Tsingarida,  A. (2011). White-ground cups in 5th – century graves: A distinctive class of burial offerings in Classical Athens ? In  B. Bundgaard Rasmussen &  S. Schierup (Eds.), Red-figure Iconography in its ancient Settings. Copenhague.
  • Tsingarida,  A. (2011). The reception of the Van Branteghem collection in Belgium. In  H. Wiegel &  M. Vickers (Eds.), Antiquity, Husbandry and History of Collections.
  • Tsingarida,  A. (2014). Sammeln und Erforschen, Griechischen Vasen in neuzeitlichen Sammlungen: The Search of the Artist. The Bourguignon and the Van Branteghem collections. Sammeln und Erforschen, Griechischen Vasen in neuzeitlichen Sammlungen. Munich: Bayerische Akademie. (Beihefte CVA Deutschland VI).
  • Tsingarida,  A. (2014). The Attic phiale in context. The Late-Archaic Red-figure and Coral-red workshops. In  J. Oakley (Ed.), Athenian Potters and Painters III. Oxford: Oxbow.
  • Tsingarida,  A., & Viviers,  D. (2014). Facing the Sea : Cretan Identity in a Harbour-city Context. Some remarks on the early development of Itanos. In  F. Gaignerot-Driessen &  J. Driessen (Eds.), Cretan Cities : Formation and Transformation. Leuven: Peeters.
  • Tsingarida,  A. (2014). Entre Grecs et non-Grecs. Quelques usages du cratère à volutes en Méditerranée archaïque. In  J. La Genière de (Ed.), Le cratère à volutes. Destination d'un vase de prestige entre Grecs et non-Grecs: Actes du colloque International de Paris, Octobre 2012, Cahiers du CVA France n° 2. Paris: Académie des Inscriptions et Belles-Lettres.
  • Tsingarida,  A. (2013). Introduction. The Markets of Fine Ware. In  A. Tsingarida &  D. Viviers (Eds.), Pottery Markets in the Ancient Greek World (8th-1st centuries BC). Brussels: CReA-Patrimoine.

Voir toutes les publications

Présentation des enseignements

BA1 : Notions d'Histoire de l'art et d'archéologie du monde grec et romain (48h avec C. Evers)
Pour ce cours, adressé aux Historiens de l'Art et Archéologues du BA1, je suis responsable du volet portant sur le monde grec depuis la naissance des cités jusqu'à la fin de l'époque hellénistique. Dans ce cadre, on ne présente plus seulement les pièces suivant un développement stylistique et chronologique mais on met également l'accent sur les facteurs qui influencent l'élaboration d'une œuvre ou d'un courant stylistique. Les objets sont groupés par matériau et par technique et l'analyse tient compte du rôle possible de la clientèle, de la fonction ou des usages sur la conception de la pièce. Des lectures, désormais obligatoires, viennent compléter cette formation en enrichissant les connaissances des étudiants des dernières hypothèses de recherches dans certains domaines. Une conférence accessible, présenté par un collègue étranger généralement en anglais, fait également partie du programme afin d’ouvrir l’auditoire à des approches et à des questionnements différents de ceux généralement présentés dans le cadre du cours. Une partie importante de la documentation iconographique et bibliographique est accessible sur l’université virtuelle ainsi qu’un glossaire de termes techniques utilisés.  Comme l'intitulé l'annonce, la matière fait partie d’un enseignement plus large qui aborde l’archéologie grecque et romaine. Il sera préparé en collaboration étroite avec ma collègue Cécile Evers, chargée de la partie romaine, pour permettre une meilleure compréhension des développements artistiques qui ont lieu sur le pourtour de la Méditerranée depuis les époques archaïques jusqu’à la fin de l’Empire romain d’Occident.  

MA2 : La Réception de l’antiquité classique dans les pays européens depuis la Renaissance jusqu’au XXe siècle (36h : 24h, Athéna Tsingarida, 12h, David Engels).
Ce cours concerne un public varié et s’intéresse tout particulièrement à l’histoire et à la formation du goût européen. Il s’articule en trois parties. Les deux premières abordent les grandes étapes de la réception et de la redécouverte de l’Antiquité alors que la troisième partie se concentre sur le rôle des antiques en tant que modèles pour certains courants artistiques. Grâce au groupe d’études sur les collections d’antiques, mis en place à l’ULB, on propose également aux étudiants des conférences qui mettent l’accent sur certaines questions (sociales, politiques, artistiques, muséologiques), plus particulièrement traitées selon la spécialisation du conférencier. Selon l’importance de l’auditoire, on organise la visite de certaines collections d’antiques, telles celles du Musée du Cinquantenaire et du Musée royal de Mariemont, dont les noyaux sont formés à partir de grandes collections privées du XIXe siècle. Le cours s’articule également sur une deuxième partie (12h), dispensée par mon collègue David Engels, qui assurera une approche plus historique et s’intéressera d’avantage au modèle antique dans la pensée politique ou sociale européenne.

BA3 : Travaux pratiques : Grèce (36h)
 Ce cours fournit les outils bibliographiques et une expérience pratique du traitement des objets archéologiques pour permettre, par la suite, aux étudiants d’approfondir leur démarche scientifique. Une introduction générale offre une synthèse des derniers courants de la recherche en archéologie grecque et propose une bibliographie raisonnée. Une grande partie du cours est consacrée à la céramique grecque, qui constitue le matériel le plus abondamment représenté dans un chantier archéologique. Un volet théorique présente la démarche à suivre pour décrire, identifier, répertorier et classer ce matériel. De nombreuses séances  d’exercices sont organisées au CReA et au Musée du Cinquantenaire. Elles familiarisent les étudiants avec le matériel archéologique fragmentaire pour qu’ils apprennent à discerner les éléments importants qui renseignent sur la forme, la production (pâte, type de cuisson) et le décor. Les travaux pratiques réalisés (dessin, description, identification de tessons ou de pièces complètes) dans le cadre du cours font partie de la matière d’examen.  La documentation terminologique indispensable pour la compréhension et la mise en application des acquis est accessible aux étudiants sur l’université virtuelle. Un manuel, qui établit un lexique raisonné des termes français utilisés pour désigner des formes de vases et pour décrire avec précision les différentes parties, est en cours de rédaction.

MA1 et MA2 : Séminaire d'archéologie grecque (24h)
Le sujet du séminaire de MA change chaque année. A travers l’étude d’un matériel archéologique contextualisé, il examine une série de questions, qui peuvent être liées à des problématiques de productions artisanales (attributions, style …) ou à des pratiques sociales et culturelles (reconstitution de pratiques funéraires, dédicatoires ..). Le cours s’articule en deux parties, une théorique et une mise en pratique. Dans le premier cas, on présente les différentes tendances de la recherche actuelle sur un sujet donné alors que, dans la deuxième partie, les étudiants préparent un travail écrit et une présentation orale qui les pousse vers une lecture critique des données et un questionnement original des thèses établies. Pour la rédaction de cette étude, je reste à la disposition des étudiants et, suivant leur demande, je leur consacre des discussions (type tutorials) sur la recherche à présenter.


Présentation des recherches

Production, distribution et usages de la céramique grecque aux époques archaïque et classique
Mes études portent sur la céramique, qui, par sa quantité, sa diversité et sa très large distribution, constitue l’une des sources les plus aptes à nous renseigner sur l’organisation économique et culturelle des sociétés anciennes. Jusqu’il y a peu, les études de céramique grecque à décor figuré se distinguaient par une approche stylistique ou iconographique, qui examinait plus particulièrement des questions d’attribution artistique ou des problèmes d’interprétation des scènes représentées. Or, il semble désormais important d’aborder cette production artisanale en tant qu’objet de consommation. Cette approche s’inscrit, en effet, dans une tendance récente de la recherche qui veut dépasser le débat entre la vision primitiviste et moderniste de l’économie antique et met l’accent sur le contexte archéologique du matériel afin de nuancer les propositions avancées par ces deux tendances de l’histoire économique.
    Mes recherches visent donc à optimiser cette vision historique et économique de la céramique. D’une part, il m’a semblé important de se concentrer sur les trois composantes essentielles de ce matériel artisanal : la production, la diffusion et les usages des vases. D’autre part, j’ai voulu aborder cette analyse à partir du travail du potier et mettre l’accent sur la forme des vases. Cet aspect de la chaîne opératoire a longtemps joué un rôle secondaire dans les études des ateliers dont les produits décorés étaient surtout l’objet d’analyses stylistiques. Dans ma démarche, l’examen de certaines formes précises telles que la phiale, les gobelets mastoïdes ou les vases statuettes, est combiné à celui du décor figuré, de l’iconographie et des techniques de décoration pour faire le point sur l'organisation de certains ateliers attiques, actifs durant les VIe et Ve siècle. A l’autre bout de la chaîne, l’étude de leur distribution permet une meilleure compréhension de l'impact de la clientèle grecque et non grecque sur ces produits, dont les usages variées sont ainsi reconstitués pour un certain nombre de régions du monde antique (plus particulièrement la Grèce égéenne, l’Étrurie et l’Empire Perse).
    Dans le futur, on voudrait se tourner plus particulièrement vers la distribution de la céramique dans les sanctuaires du monde grec. Offrandes et vaisselles liturgiques au profil quantitatif et qualitatif varié, les vases grecs soulèvent une série de questions tant sur l’organisation économique interne et externe des sanctuaires que sur les pratiques cultuelles et culturelles des visiteurs et des prêtres liés aux temples.

Activités archéologiques de terrain
Mes recherches sur le terrain s’organisent autour de deux programmes, soutenus notamment par le CReA-Patrimoine : Itanos (Crète orientale), Siphnos (Cyclades)
Le premier étudie la céramique archaïque et classique mise à jour lors de la fouille et de la prospection menées à Itanos (Crète Orientale).L’examen de ce matériel reconstitue une partie de l'activité économique de la cité, ses contacts avec d'autres régions du monde grec et ses échanges avec d'autres cités crétoises. Il fournit également la chronologie nécessaire à la compréhension des différentes phases d’occupation d’un bâtiment archaïque, mis à jour dans le secteur Nord de la Nécropole, qui constitue un des rares témoignages de l’activité civique crétoise durant le VIIe et VIe siècle av. J.-Chr. Ce premier projet est donc conçu de manière à offrir un complément efficace à l'étude archéologique des structures menée par d'autres chercheurs de l'ULB.
Depuis 2008, suite à la demande de nos collègues de l'Ephorie des Cyclades et avec l’accord de la British School of Athens, j’ai commencé l’étude du matériel céramique, mis à jour par les archéologues britanniques en 1938 sur le site de Kastro à Siphnos. Ce programme s’intéresse à l'identification de certains ateliers cycladiques de l'époque orientalisante et archaïque. Par ce biais, on cherche à compléter nos connaissances sur la prospérité de l’île au VIe siècle, décrite par les sources littéraires mais peu attestée, jusqu’ici, par les données archéologiques.
Le projet de recherches à Siphnos permet, par ailleurs,de se familiariser avec la culture matérielle de l’île dans la perspective d’un nouveau programme qu’on souhaiterait entreprendre avec d’autres collègues de l’ULB. En collaboration avec le Service des antiquités grecques, on souhaiterai, en effet, fouiller un sanctuaire archaïque et classique, situé à Agios Nikitas. Cette entreprise devrait mener à une meilleure compréhension de l’organisation religieuse des sanctuaires des Cyclades et s’intégrer dans l’étude des usages et de la distribution de la céramique en contexte cultuel qu’on souhaite développer.

La réception de l’antiquité classique
Depuis au moins la Renaissance, l'antiquité classique a servi de modèle politique, philosophique et esthétique aux élites européennes. L'étude de la réception de l'antiquité, de ses usages et de ses détournements, constitue donc un élément indispensable à la compréhension de l'histoire culturelle européenne. Mes recherches abordent cette problématique suivant deux thèmes, l’histoire des collections d’antiques et l’histoire de la restauration des antiquités grecques. Le projet se concentre plus particulièrement sur le XIXe siècle, qui constitue  une période charnière à la fois pour le développement de la science archéologique et pour la création des premières grande collections muséales à vocation publique.
    La recherche a déjà abouti à deux ouvrages collectifs qui ont rassemblé des collègues archéologues, historiens et conservateurs. Fruits d’une collaboration internationale avec l'Université d'Oxford, ils proposent une synthèse sur l’histoire des collections et la Réception de l’antiquité en Belgique et en Grande Bretagne.