Accueil

Publications de nos membres


This book engages with the debate over the significance and future of political parties as membership organisations and presents the first broad comparative analysis of party membership and activism. It is based on membership surveys which have been administered, gathered and collated by a group of prominent party scholars from across Europe, Canada and Israel. Utilizing this rich data source together with the insights of party scholars, the book investigates what party membership means in advanced industrial democracies. In doing so, it provides a clearer picture of who joins political parties, why they do it, the character of their political activism, how they engage with their parties, and what opinions they hold.

MORIN JF, NOVOTNA T., PONJAERT F. & Telò M. (eds), Ashgate, Globalisation, Europe, Multilateralism series, 2015, 256p.

Revue éditée par le Centre METICES de l'Université libre de Bruxelles. 

Il y a officiellement cinquante ans que l’immigration marocaine a débuté en Belgique. Diverses commémorations locales ou d’ampleur nationale, comme l’exposition « Nass Belgica », présentée d’abord à Bruxelles, avant Liège, Charleroi… et le Maroc, ont contribué à éclairer quelques pans de cette histoire souvent cachée, voire tronquée, expliquée avant tout par les raisons d’un pragmatisme économique. Au-delà des destinées issues d’une main-d’œuvre longtemps maintenue dans un niveau d’infériorité sociale, ces cinquante ans d’histoire lient pourtant étroitement deux pays, deux populations qui aujourd’hui font émerger une nouvelle réalité nationale.

This book analyzes the place and influence of religion in European politics. François Foret presents the first data ever collected on the religious beliefs of European decision makers and what they do with these beliefs. Discussing popular assumptions such as the return of religion, aggressive European secularism, and religious lobbying, Foret offers objective data and non-normative conceptual frameworks to clarify some major issues in the contemporary political debate.

Depuis plus d’une décennie, la question de la discrimination occupe une place croissante dans le débat public. Sous l’impulsion de l’Union européenne, une série de lois et de politiques ont été adoptées dans les États européens pour combattre ce phénomène. Mais quels en sont les effets ?

The goal of this book was to study the evolution of the socioeconomic position of people who applied for asylum in Belgium in the period between 2001 and 2010 and who were still residing in the country at the end of the research period.

Antonios VLASSIS, Presses Universitaires de Liège, 2015, 325p.

Chanter, s’attacher et transmettre chez les Darhad de Mongolie esquisse les contours du monde musical et sonore mongol. Dans les confins septentrionaux du pays où vivent les Darhad, comme partout ailleurs en Mongolie, l’attachement au chant, à la musique et aux sonorités de la nature est perçu comme une dimension pérenne et constitutive de l’ethos culturel. En s’appuyant sur des documents historiques, sur la littérature mongole et sur des recherches de terrain, Laurent Legrain inscrit ses analyses dans la temporalité longue de l’histoire du pays ainsi que dans celle, plus courte, de la socialisation de l’enfant. La première partie de l’ouvrage explore en détail les processus qui ont présidé à l’installation conjointe d’un répertoire et d’une « ethnie » darhad attentive aux spécificités phonologiques, stylistiques et musicales de ses chansons populaires. L’auteur se tourne ensuite vers l’univers sonore qui imprègne les steppes mongoles et, en suivant les enfants sur les pâturages ainsi que dans les classes de chant et de musique, analyse l’émergence d’une sensibilité exacerbée aux sonorités de la nature, aux inflexions de la voix humaine et aux mélodies des chants. L’ouvrage est accompagné d’un CD musical reprenant les principaux enregistrements qu’il a réalisés entre 2001 et 2005 chez les Darhad ainsi que des extraits des premières sessions d’enregistrement de musique mongole effectuées à Moscou en 193

Lorsque Michel Foucault décède en 1984, c’est également le monde de l’après guerre, ses institutions et ses espoirs de transformation sociale, qui s’éteint avec lui. Les décennies qui suivront seront indéniablement celles du triomphe du néolibéralisme et des attaques contre les droits sociaux. Si Michel Foucault n’en a pas été le témoin direct, son oeuvre dans ce domaine apparaît néanmoins visionnaire. La question du libéralisme occupe en effet une place importante dans ses derniers écrits. Depuis sa disparition, l’appareil de pensée foucaldien a, en outre, acquis une place centrale, pour ne pas dire dominante, au sein d’un large pan du monde intellectuel de gauche. Pourtant, comme le démontrent les différentes contributions qui composent cet ouvrage, l’attitude du philosophe face au néolibéralisme fut pour le moins équivoque. Loin de mener une lutte intellectuelle résolue contre la doxa du libre marché, Michel Foucault semble, sur bien des points, y adhérer. Comment en effet interpréter sa critique radicale de la sécurité sociale, qualifiée d’instrument d’accomplissement du « biopouvoir » ? Ou son soutien aux « nouveaux philosophes » ?

Pages

Subscribe to Publications Récentes