Accueil

Publications de nos membres


The ambition of this special issue is to contribute to contemporary scholarly analyses of border security by bringing more focus onto a specific field of inquiry: the practices of the plurality of power-brokers involved in the securing of borders. Border security is addressed from the angle of the everyday practices of those who are appointed to carry it out; considering border security as practice is essential for shedding light on contemporary problematizations of security. Underscoring the methodological specificity of fieldwork research, we call for a better grounding of scholarship within the specific agencies intervening in bordering spaces in order to provide detailed analyses of the contextualized practices of security actors.

The European Union is facing a profound crisis and is confronted with multiple challenges. Over the last two decades, it has experienced a series of dramatic changes to its powers, its institutional design, its constitutional framework and its borders. At the same time, the uneasy relationship between European citizens and elites has complicated both the reform and the function of the Union. While the Lisbon treaty provided some answers to crucial questions, it did not clarify the nature of the EU, which remains at the crossroads of federal and intergovernmental logic. The current economic and financial crisis puts the EU’s legitimacy further under pressure and creates the impression of a turning point.

 

Alors que l’Europe traverse une nouvelle période de crise et que la légitimité des institutions européennes demeure vacillante, cet ouvrage vise à comprendre comment les acteurs eurosceptiques agissent une fois élus au Parlement européen. Ces acteurs se trouvent en effet dans une situation paradoxale : ils remportent leurs plus grands succès électoraux lors des élections européennes mais doivent ensuite agir dans une institution, et plus largement un système politique qu’ils critiquent voire auquel ils s’opposent.

Cette situation n’est pas sans poser de nombreuses tensions tant pour ces acteurs que pour l’institution et, de façon plus large, pour le régime politique européen. Comment les parlementaires se  comportent-ils au sein d’une institution et d’un régime qu’ils critiquent ? Comment gèrent-ils les tensions entre les discours d’opposition sur la base desquels ils ont été élus et les missions et attentes découlant du mandat représentatif ? Comment le Parlement européen a-t-il géré la persistance de ces voix d’opposition ? Quelles sont les implications de leur présence pour l’Union ?

 

Revue Travail Emploi Formation - n°11/2014 

Depuis quelques années, le PTB – le PVDA en Flandre – défraie la chronique politique et médiatique. Le Parti du travail est parvenu à s’imposer comme un interlocuteur, désormais régulier, de la presse audiovisuelle et écrite, et a décroché des résultats d’estime aux élections fédérales de 2010 et aux scrutins communal et provincial de 2012. Paradoxalement pourtant, le PTB – parti marxiste-léniniste et maoïste né dans les années 1960 – est tout sauf un nouveau parti. C’est à la suite d’une grave crise interne, après les élections de mai 2003, que le PTB décide d’adopter une toute nouvelle stratégie de communication. Il s’agit désormais d’occulter les éléments qui « fâchent » – son identité marxiste-léniniste, sa proximité avec certains régimes, son projet révolutionnaire, sa piètre considération envers la démocratie représentative – et de ne présenter aux citoyens et aux médias que la « face lumineuse » du parti. Fruit d’un long travail de recherche enrichi par les interviews de nouveaux et d’anciens militants, cet ouvrage présente l’histoire du PTB et de son réseau d’organisations, le contexte qui a présidé à sa naissance, et propose une analyse spécifique de ce parti dans la période contemporaine.

Axel Honneth

Le droit de la reconnaissance

Depuis une vingtaine d’années, les réflexions d’Axel Honneth se sont imposées comme une référence majeure dans les domaines de la philosophie morale, sociale et politique. On n’en retient souvent le thème de la reconnaissance. Il ne représente pourtant qu’un aspect d’une œuvre qui, en dialogue constant avec ses contemporains (Rawls, Taylor, Fraser) et ses aïeuls plus ou moins lointains (Hegel, Marx, l’École de Francfort), n’a cessé d’évoluer et de s’approfondir.

CARTA  C & Jean-Frédéric MORIN JF (eds), Ashgate, The Globalisation, Europe, Multilateralism Series, 2014, 300p.

MORIN Jean-Frédéric & ORSINI Amandine (eds), Routledge, 2014, 264p.

Mario TELO, Ashgate, The Globalisation, Europe, Multilateralism Series, 2014, 510p.

Au cours de ces deux dernières décennies, l’Union européenne a connu une série de bouleversements qui ont affecté tout à la fois sa composition territoriale, son mode de fonctionnement, ses compétences et son cadre constitutionnel. Dans le même temps, la question de ses rapports avec les citoyens, qui était jusqu’alors un impensé de la construction européenne, a été posée avec force et est venue compliquer aussi bien la réforme des traités que le fonctionnement courant de l’Union. Le traité de Lisbonne, malgré ses faiblesses, a apporté des réponses à des questions restées en suspens depuis le traité de Maastricht. Il n’a en revanche pas clarifié la nature de l’Union : à l’inverse, il en confirme le caractère hybride, à la croisée des logiques intergouvernementale et fédérale. La crise économique et financière qui sévit depuis 2009 suscite de nouvelles interrogations sur la légitimité de l’UE et la souveraineté dans l’UE, et vient bousculer des arrangements institutionnels que l’on pensait désormais bien établis.

Pages

Subscribe to Publications Récentes