Accueil

Le micro-crédit à l'épreuve des inégalités de genre. La persistance de la pauvreté au Rwanda post-génocide.


Auteur(s): 
Emeline Uwizeyimana
Editions: 
L'Harmattan
Collection: 
Etudes africaines - Série « Sociologie »
Année: 
2016
Pages: 
308
ISBN: 
978-2-343-07901-1

"Le micro-crédit pour les pauvres", notamment les femmes, tel est le slogan des institutions de microfi nance de ces dix dernières années. Mais le concept de pauvreté étant multidimensionnel, son appréciation change dans le temps et dans l’espace.
En ce qui concerne les femmes, on a tendance à oublier que « femme » est d’abord une catégorie plurielle, mais aussi que les inégalités de genre sont toujours ancrées dans de nombreux pays, notamment en Afrique. À travers une étude de cas de femmes chefs de ménage au Rwanda, ce livre démontre les raisons pour lesquelles le micro-crédit est inaccessible à la plupart des femmes pauvres. Étudier un projet générateur de revenus, effectuer les démarches administratives dans une institution fi nancière, etc. nécessite un certain niveau de scolarisation ou d’expérience.
Outre la mise en lumière de ces diffi cultés d’accès au micro-crédit et de leurs conséquences en termes de pauvreté, cet ouvrage se veut le premier à étudier le statut des Rwandaises au fi l des temps historiques et politiques, dans un pays champion de la parité hommes-femmes depuis plusieurs années déjà. L’infl uence culturelle à travers la colonisation et les changements qui y sont liés, dont certains perdurent encore aujourd’hui, n’ont pas été oubliés.
L’ouvrage présente des données intéressantes et inédites pour ceux qui travaillent sur l’Afrique centrale. Il peut servir d’outil pour lutter contre la pauvreté et orienter la politique "genre et de développement".

Emeline UWIZEYIMANA est docteure en sciences sociales et politiques de l’Université libre de Bruxelles (ULB). Chercheure au Centre d’Études de la Coopération Internationale et du Développement (CECID/ULB), elle est également impliquée dans les travaux de rénovation du Musée royal de l’Afrique centrale (MRAC) à Tervuren. Auteure de plusieurs articles, elle livre dans cet ouvrage les résultats de ses recherches doctorales, qui lui ont valu le prix Alice Seghers 2014-2015.