Home

Sociologie de l’automobile


Auteur(s): 
Yoann DEMOLI et Pierre LANNOY
Editions: 
La Découverte
Collection: 
Repères / Sociologie n° 718
Année: 
2019
Pages: 
128

L’automobile ne cesse d’exciter les passions et de susciter les controverses. Choisie et utilisée avec soin, elle est présentée comme un symbole de réussite et d’autonomie, mais simultanément fustigée comme la cause de nombreux fléaux environnementaux, urbanistiques et sanitaires. Si la voiture est l’objet de jugements si paradoxaux, c’est parce qu’elle est une réalité sociale majeure. Et à travers elle, il est possible d’analyser bon nombre de changements sociaux.

Sur la base d’une synthèse inédite d’un siècle d’analyses et de réflexions sociologiques, tant françaises qu’étrangères, cet ouvrage montre que l’histoire de la diffusion de l’automobile s’explique par les divisions et les enjeux de domination entre les groupes sociaux. Son usage massif, autant que son timide reflux, se comprend à partir des dimensions sociales de la vie quotidienne des ménages.

Les cultures et les identités, dont l’automobile est le véhicule, sont nourries par des logiques sociales bien plus qu’individuelles. Enfin, les externalités négatives de l’automobilisme, loin d’être aléatoires ou homogènes, suivent les lignes de structuration du monde social. Le regard sociologique offre ainsi des clés de décryptage du phénomène automobile, à la fois originales et éclairantes dans les débats sur son avenir.

 

Yoann Demoli, sociologue au laboratoire Professions, institutions, temporalités (CNRS-UVSQ), est maître de conférences à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Après une thèse de doctorat consacrée à la place contemporaine de l’automobile dans la stratification sociale en France, il développe des analyses portant sur différents aspects de la mobilité des Français.

Pierre Lannoy est, à l’université libre de Bruxelles, membre du centre de recherche METICES de l’Institut de sociologie et chargé de cours à la Faculté de philosophie et sciences sociales. Depuis sa thèse de doctorat, il a fait de la société automobile son objet de recherche, explorant notamment les principales institutions qui la façonnent : le politique, l’idéologique, le juridique et le développement technologique.