Home

Latest news

15/09/2017 - 09:41

Eight Belgian universities fully support Prof. Vallas’s International Francqui Professor Chair application. They consider this research project a unique learning and collaboration opportunity with Prof. Vallas himself as well as with the other participating Flemish and Walloon universities in Belgium. Professor Pierre Desmarez is the academic reference person for the Université libre de Bruxelles. A workshop about "The Personal Consequences of the Neo-Liberal Turn: Subjectivity, Alienation, and Worker Health" will be organise at ULB on the 16th of november.

08/09/2017 - 10:32

Organisé par les six universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles, le nouveau programme Master de spécialisation en études de genre de 60 crédits propose une offre de formation unique sur les questions liées au genre et à la sexualité. Il présente une approche interdisciplinaire articulant savoirs théoriques et apprentissages pratiques. Très attendu, ce master rencontre un enjeu sociétal majeur en participant à la lutte contre toutes les discriminations, les assignations et les stéréotypes genrés, et, en répondant aux besoins et attentes socio-économiques d’organismes et institutions, nationaux et internationaux, désireux d’engager des experts et expertes dans ce domaine. Pour plus d'informations sur le programme et les inscriptions, consultez notre brochure. Le 15 septembre 2017, ce master verra officiellement le jour ! 

30/07/2017 - 16:07

À partir du lundi 18 septembre 2017, la Faculté de Philosophie et Sciences sociales accueillera ses nouveaux étudiants.
Une séance d'accueil sera programmée pour chacun de ses programmes de bacheliers et de masters, en présence des professeurs, assistants et secrétariats de la Faculté. Bienvenue à tous et à toutes ! Plus d'informations? Merci de consulter le programme détaillé.

10/07/2017 - 10:39

Catherine Vermandele, Professeure de Statistiques en Faculté de Philosophie et Sciences sociales à l'ULB, a reçu le prix de pédagogie Socrate 2017 de l'Université. Celui-ci récompense annuellement des membres du corps enseignant de l'ULB qui se distinguent particulièrement par la qualité exceptionnelle de leur enseignement, par leur créativité et leur investissement dans le domaine de la didactique, par leur capacité à mettre en valeur le résultat de leurs recherches dans leur enseignement, ainsi que par leur écoute de l'étudiant. 

Après avoir réalisé sa thèse en statistique en 2000 au sein du département de mathématiques de l’ULB tout en y étant assistante à temps-plein, Catherine Vermandele a commencé à enseigner la statistique la même année, en tant que Maître de conférence et Chargée de cours ensuite, à de nombreux étudiants de différentes facultés (en sciences psychologiques les quatre premières années, puis en sciences sociales, en sciences politiques, en sciences humaines, en sciences économiques, en information et communication, en criminologie…). Confrontée au challenge de former à la statistique un public extrêmement diversifié d’étudiants, aux appréhensions souvent bien marquées face à toute approche scientifique "quantitative", elle a sans cesse fait preuve de créativité pour adapter au mieux sa démarche pédagogique, ainsi que les activités d’apprentissage et les supports de cours proposés aux étudiants. Ceux-ci soulignent le fait qu'elle se distingue par un investissement didactique massif (…). Elle met un soin particulier à communiquer de façon extrêmement claire, concise et soignée les explications (…), ce qui rend l’enseignement d’une matière réputée difficile à la portée de tou.te.s". Les étudiants mettent également en avant sa grande disponibilité et la qualité de l’attention qu’elle porte aux difficultés qu’ils rencontrent dans ses différents cours. Ils pointent enfin son engagement personnel en faveur de l’accès aux savoirs du grand public: elle a en effet développé, avec le soutien de la cellule ULB Podcast, le MOOC "Méthodes de sondage et d’enquête" dont les deux premières sessions ont accueilli plus de 8000 apprenants.

05/07/2017 - 13:41

Le débat est, en démocratie, un processus central de l’élaboration de la décision. Il repose sur des mécanismes de traduction, de transmission, de circulation des connaissances et des savoirs qui le nourrissent. Pourtant, même si les dispositifs répondent à cet impératif, le débat peut tout de même s’enliser. En ce cas, il peine à orienter la construction de la décision et lève un voile de doute qui s’étend sur l’activité scientifique, comme sur la responsabilité du politique à conduire l’action publique. Les exemples semblent se multiplier. Il est vrai que la mémoire collective les retient mieux que les débats réussis, qui laissent peu de trace après avoir éclairé la décision. Il est également vrai que les occasions de débattre, en régime démocratique, s’accroissent avec la production des connaissances et la répartition des savoirs. A rebours, le débat n’offre-t-il pas la possibilité de décomposer l’imbrication des savoirs, des connaissances et des enjeux de ces innovations qu’on qualifie d’objets complexes ?

LIHEST de Paris en collaboration avec le Centre de recherche en philosophie de l'ULB et d'autres partenaires proposent de faire un usage inédit de la démarche scientifique pour, à travers des sommes de connaissances, expériences, savoir-faire et nouvelles interrogations, enrichir la fabrique du débat public.

Informations & Programme